Du parent ‘suffisamment bon’ à la checklist du parent parfait … un risque pas si éloigné

Avec la diversification des formes familiales se sont aussi multipliés les normes et repères, parfois contradictoires
Les compétences parentales, a priori supposées suffisantes dans les familles dites « unies », peuvent, dans le cadre de séparations parentales ou de reconfigurations familiales, devenir l’enjeu de toutes les attentions des intervenants professionnels sollicités. Avec la diversification des formes familiales se sont aussi multipliés les normes et repères, parfois contradictoires, sur lesquels les acteurs – professionnels, parents ou même enfants – tentent de fonder la légitimité de leurs positionnements.

Evolution des configurations familiales, évolution des conflits

Comment le soutien à la coparentalité peut intégrer ces mutations
Les transformations de la famille sont profondes : de multiples séparations parentales, bien sûr, mais aussi des recompositions et autres nouvelles configurations familiales. Et surtout une évolution considérable de ce que recouvre le fait d’être parent aujourd’hui, les composantes biologique, généalogique et éducative de la parentalité pouvant concerner plus qu’un seul père et qu’une seule mère. En quoi, paradoxalement, ces évolutions constituent-elles un terreau favorable à l’exacerbation des conflits autour de l’enfant ? Comment le soutien à la coparentalité doit-il intégrer ces mutations ?

Séparations parentales : faut-il entendre l’enfant en justice ?

Les séparations se sont multipliées, les rôles mères / pères et femmes / hommes ont évolué vers plus d’égalité, les formes d’autorité se sont transformées, la place de l’enfant est devenue de plus en plus centrale. Comment considérer la parole de l’enfant dans les séparations parentales ? Quelle place lui est accordée ? Avec quels bénéfices et dérives possibles ?

L’enfant au cœur de la séparation : stéthoscope ou sortie de secours ?

L’enfant est au centre, et au centre de l’attention, et ce particulièrement dans le cadre de la séparation de ses parents. Tant parfois que c’est au nom de cet enfant ou de son intérêt que les parents (et les professionnels) doivent parler pour être entendus. Le statut et la place de l’enfant se trouvent parfois quelque peu brouillés …

Évolution des séparations et reconfigurations familiales : Réflexions sur la place de l’enfant et de sa parole

Les séparations se sont multipliées, les rôles mères / pères et femmes / hommes ont évolué vers plus d’égalité, les formes d’autorité se sont transformées, la place de l’enfant est devenue de plus en plus centrale. Quelle est place de l’enfant dans les séparations parentales ? Quelle place est accordée à sa parole ? Avec quels bénéfices et dérives possibles ? Plutôt que de dire « ce qu’est » la juste place de l’enfant, ou de sa parole, ou « ce qu’est » l’intérêt supérieur de l’enfant (ou même de définir ces termes), l’article invite le lecteur à réfléchir « à propos » de ces concepts, en les inscrivant dans un contexte : l’évolution sociohistorique de la famille – ou plutôt des familles – au cours des cinquante dernières années, en s’attardant à certaines conséquences de ces évolutions.

Garde alternée : quid pour le bébé et le petit enfant ?

Suite à une brève interview parue dans “Le Soir” de ce jeudi 13 décembre 2012, et à une brève apparition de ma part dans les JT de la RTBF de ce même jeudi sur “La Une” et sur “La Deux”, me voilà  sollicité par quelques personnes qui me demandent d’en savoir un peu plus sur ma position quant à l’usage de l’hébergement égalitaire (ou la résidence alternée en France, ou la garde partagée au Québec …), en tant que modalité d’hébergement suite à une séparation parentale. La relance aujourd’hui de ce débat semble trouver son origine dans  la récente diffusion de la “Déclaration de la Waimh (World Association for Infant Mental Health) francophone sur la résidence alternée” du 1er octobre 2012.

Enfant Roi, Enfant « Pour moi », Enfant Proie

Depuis le début du siècle dernier, et plus particulièrement depuis quelques décennies, l’enfant occupe une place de plus en plus centrale. Une nouvelle figure a progressivement vu le jour : celle de « l’Enfant-roi », qui ne supporterait plus les frustrations, voudrait tout immédiatement, dont les parents tenteraient de satisfaire les exigences et éviter les souffrances. À y réfléchir, cette figure n’est-elle pas partiellement une réplique de l’adulte contemporain, qui …

Parents séparés, contraints à l’accord ? (EdiPro, 2009)

Résumé de l’ouvrage Parents séparés : contraints à l’accord ? Liège, Edi-Pro, 2009 (160 p) De nombreuses décisions judiciaires concernant l’hébergement des enfants après séparation parentale ne sont pas respectées par un parent, ceci entraînant parfois la rupture du lien entre un parent et ses enfants. Si le pouvoir judiciaire ne fait pas systématiquement appliquer […]

Faut-il systématiquement inviter l’enfant à être entendu par le juge dans les séparations parentales débattues en justice ?

Il semble aujourd’hui acquis que le mineur ait droit à la parole pour l’ensemble des questions qui le concernent. S’il est une question qui le concerne directement, c’est bien celle des modalités de son hébergement lorsque ses parents se séparent : n’est-il pas le premier concerné par la décision qui sera prise ? Il semble dès lors évident que l’enfant doit être entendu par le juge lorsque celui-ci a à trancher un litige entre ses deux parents. Et pourtant, cette question fait débat …

De l’idéal de la coparentalité aux modalités pratiques : quels écueils ?

Cet article a pour première finalité de déconstruire, d’un point de vue sociohistorique, les principes qui semblent être devenus des évidences lorsqu’il est question de parents en conflit : l’intérêt de l’enfant, la coparentalité, l’égalité parentale, ou encore des slogans tels que « le parental survit au conjugal ». Sa deuxième finalité est de montrer en quoi ces principes sont avant tout des idéaux promus comme des modes de pensée (tels l’égalité parentale) – si pas comme des idéologies – en vue de soutenir la résolution de conflits parentaux, plus que des modalités systématiquement applicables aux situations concrètes (telles l’hébergement égalitaire). Sa troisième et dernière finalité consiste à illustrer par quelques exemples des situations concrètes pour lesquelles ce qui précède pose question, particulièrement quand les représentations individuelles, imprégnées des histoires singulières, sont exacerbées par la situation de crise.

PDF d’autres articles d’Olivier Limet

D’autres articles d’Olivier Limet, publiés dans des revues et éditions belges, québécoises ou françaises, peuvent être consultés ici Merci de citer les sources au cas où vous vous y référez ou citez des passages !